Côté Campagne

Côte Basque Madame N°28

Pays basque méconnu

Road trip troublant au Pays basque

Christine Vignau Balency

La chapelle qui ne se laisse pas voir C’est Jean Idiart, de la maison d’hôtes Joangi à Uhart-Cize, qui tient à nous montrer la chapelle méconnue de Bascassan. Suivons-le. Ce matin-là, les petites routes fendent les pâturages embrumés ; les maisons basques à colombage rouge et toit en tuiles (ça a son importance pour la […]

La chapelle qui ne se laisse pas voir

C’est Jean Idiart, de la maison d’hôtes Joangi à Uhart-Cize, qui tient à nous montrer la chapelle méconnue de Bascassan. Suivons-le. Ce matin-là, les petites routes fendent les pâturages embrumés ; les maisons basques à colombage rouge et toit en tuiles (ça a son importance pour la suite) rythment le paysage ; et des brebis se bousculent sur un minuscule pont de pierre. On tourne vers le quartier Bascassan. « Cette chapelle possède un très beau plafond peint et un retable unique » s’enthousiasme Jean en traversant le cimetière orné d’intrigantes stèles discoïdales. « C’est le voisin qui a les clés, il ouvre tous les matins et ferme tous les soirs » prévient notre guide en empoignant la porte d’entrée. Oui mais voilà, ce jour-là, en pleine confusion sanitaire autour de l’ouverture limitée des lieux de culte, la chapelle est fermée. Rageant. Il faudra revenir.

Un terrifiant monde souterrain...

On reprend la route direction Lecumbery, puis, en bifurquant à gauche sur la D117, Béhorléguy et Ahusky. Ça grimpe ! Ceci dit, moi qui ne suis pas à l’aise sur les routes vertigineuses, là, c’est tout à fait supportable. Des rapaces tournoient. Les virages s’enchaînent. On arrive au col d’Apanice, ceint par les montagnes. Des abreuvoirs et quelques enclos attestent de la présence, aux beaux jours, des brebis manex et basco-béarnaises. Mais un panneau alerte sur cette « prairie aux mille dangers ». En effet, un gouffre de 525 m, record de France de verticalité, se trouve ici sous mes pieds ! Jusqu’à une époque récente, ce monde souterrain inspirait la crainte car il était perçu comme le refuge de puissances infernales et de monstres malfaisants… Pour se remettre de ces émotions, allons faire une halte gourmande à 5 km de là.

L’Auberge d’Ahusky et sa fontaine curative

Vous voyez ce genre de panorama grandiose qui vous fait ouvrir grands les bras et les yeux, respirer profondément et penser très fort « je suis le maître du monde » ? La terrasse de l’Auberge d’Ahsuky est de ceux-là. La vue est divine. La menuiserie bleu-gris et le toit en ardoise nous font comprendre que, de Basse-Navarre, on est passé en Soule. Une délicieuse cuisine régale les connaisseurs. Et en guise de promenade digestive, il suffit de grimper 15 minutes jusqu’à la source d’Ahusky. Pour ceux que ça intéresse, autrefois, on lui prêtait le pouvoir de guérir les infections urinaires…

Une forêt féerique

En redescendant, le décor change. Les prairies cèdent la place à la pinède et à la bruyère.

Des pottoks broutent paisiblement en faisant tinter leur cloche. On entre maintenant dans la forêt des Arbailles. Et à qui veut bien tendre l’oreille et aiguiser le regard, les mousses, lichens et hêtres parleront… On roule tranquillement dans cette douce atmosphère quand un poteau en bois nous interpelle. Y est gravé « Dolmen d’Ithé 1 ». Piqués par la curiosité, on fait quelques pas dans la direction indiquée, et nous voilà devant un dolmen construit il y a 5700 ans ! Soixante-dix corps d’enfants et d’adultes ont été découverts ici. Et visiblement, vu les deux bougies encore intactes, on continue de s’y recueillir. Veiller les morts ou faire des incantations, que sais-je. Plus loin, un second arrêt nous entraîne au milieu d’arbres reliés, de racines enchevêtrées, de lianes prises dans la roche. Le temps est comme suspendu, tinté de magie. On quitte la forêt, direction Mauléon.

Là-haut dans les Zétoiles

Juste à côté de Mauléon, sur les hauteurs de Chéraute, on rencontre Stéphan Goyhenetchegaray, fier héritier d’une entreprise familiale de fabrication d’espadrilles. En 2017, il a créé Zétoiles, une marque pleine de sens et de valeurs comme on les aime. Avec ses sept salariés, ses granulés de caoutchouc achetés localement, ses semelles tressées ici, ses toiles cousues main, son sourire omniprésent et son enthousiasme contagieux, il fabrique des espadrilles d’excellente qualité et tend vers des créations « les plus écoresponsables et éthiques possible ». Une très belle réussite.

Carnet d’adresses

Chapelle de Bascassan > route d’Iraty – quartier Bascassan

Auberge d’Ahusky à Aussurucq > 05 59 28 57 27

Zétoiles > Quartier Sayhestoki à Chéraute – espadrilles-zetoiles.fr

Chambres d’hôtes Azkena à Arrast-Larrebieu – chambresdhote-azkena.fr

à lire aussi :

Deux nouveaux chefs à l’Hôtel du Palais à Biarritz

Le Chef des cuisines Aurélien Largeau, 29 ans, qui succède au Chef étoilé Jean- Marie Gautier, après 29 ans de maison, accompagné du Chef Pâtissier Aleksandre Oliver, 32 ans, a qui a été confiée la carte des desserts. Un duo plein de fougue, animé par l’énergie et la passion, qui promet de faire des émules !

Lire la suite »

La Maison Adam, 360 ans d’histoire au Pays Basque

Tout a commencé en 1660 à Saint-Jean-de-Luz, Aujourd’hui, ce sont Andoni et Miguel Telleria-Adam qui perpétuent la tradition familiale et reprennent les rênes de l’entreprise. C’est ainsi la 13e génération à connaître le secret de la recette de ces fameux macarons, ronds moelleux et fondants sous notre palais.

Lire la suite »

La Maison Jean-Vier fête ses 40 ans

Cette année, la Maison Jean-Vier fête ses 40 ans. Née en 1981 à St-Pée-sur-Nivelle, la Maison Jean-Vier est associée depuis plusieurs années à l’histoire du linge basque.
Dirigée par André Elustondo, l’entreprise a évolué en élargissant sa gamme, autour de la table, de la cuisine, du bain, de la déco et du mobilier tapissé, du bagage…

Lire la suite »