Kids

Côte Basque Madame N°25

PHOTOS © Itsas Arima

Sur le trrain

Quand les enfants se mouillent pour l’océan #2

PAR ALICIA MUNOZ

Greta Thunberg en est l’illustration. En matière d’écologie, les plus jeunes sont souvent les plus engagés.

Sur notre côte, des associations agissent pour éveiller les consciences face aux menaces qui pèsent sur nos océans.

C’est le cas d’Itsas Arima et de Surfrider.

Bien que leur histoire ait été marquée par la chasse à la baleine, les Basques n’ont pas décimé tous les cétacés » explique Aurore Toulot, biologiste à l’Éducation nationale et présidente de l’association Itsas Arima.

« On recense une quinzaine d’espèces de mammifères marins sur nos côtes dont le grand dauphin mais aussi des espèces de baleines comme le rorqual commun » complète-t-elle.

L’association Itsas Arima a été créée par des biologistes marins en 2012, en grande partie dans l’optique de sensibiliser la population à la présence de ces espèces dans nos eaux côtières. Pour sensibiliser le public, encore fallait-il démontrer que des colonies avaient bien élu domicile sur nos côtes.

L’association s’est ainsi créée autour de trois axes : l’état des lieux des populations de la région sur le Golfe de Gascogne, l’étude des épisodes d’échouages de cétacés, coordonnée au niveau national par l’Observatoire Pelagis, afin d’en connaître les causes.

❝ Passer par les enfants est essentiel en raison de ce que l’on appelle l’éducation inversée : le fait que ce sont bien souvent les enfants qui éduquent les parents sur ces thèmes. ❞

Et bien sûr, l’éducation à l’environnement des plus jeunes. Un volet essentiel aux yeux d’Aurore qui, en plus de sa formation de biologiste, avait précédemment occupé un poste de guide scientifique pour les scolaires.

« Passer par les enfants est essentiel en raison de ce que l’on appelle l’éducation inversée : le fait que ce sont bien souvent les enfants qui éduquent les parents sur ces thèmes. »

Grâce au travail de sensibilisation mené dans les écoles et à la médiatisation croissante des problématiques environnementales, les enfants, « éponges émotionnelles », transmettent rapidement le message autour des mammifères marins.

À grands renforts de supports audiovisuels, comprenant les incontournables chants des baleines, les éducateurs abordent de nombreux thèmes allant de l’impact du changement climatique et de la pollution sonore sur les cétacés à l’importance d’une bonne alimentation, en passant par la découverte du métier de biologiste.

Parce que notre façade Atlantique et nos eaux côtières sont encore loin d’être accueillantes pour les cétacés, Itsas Arima souhaite faire en sorte que la protection de ces espèces ne soit plus seulement l’affaire des autorités publiques.

❝ Notre devoir citoyen est de favoriser la pêche responsable en choisissant les produits issus de la pêche à la ligne par exemple[…]❞

[…] Mais aussi d’éviter les plastiques, la pollution des eaux domestiques, etc. » explique Aurore.

En clair, mettre en œuvre tout ce qui peut contribuer à rendre nos océans plus accueillants pour la faune marine.

Le souhait d’Itsas Arima au niveau local : que les mammifères marins soient enfin intégrés dans les politiques de protection de la côte et que les structures qui travaillent sur ce sujet soient centralisées afin de faciliter la prise de décision, notamment concernant la création d’aires marines protégées.

« On en dénombre six actuellement mais de tailles plutôt restreintes. L’idée est de les étendre afin que nous puissions mieux les observer tout en les préservant durablement.» À nous, en tant que parents ou simples citoyens, d’être attentifs à ce que ce souhait soit respecté.

 

www.itsasarima.com

UN ESPACE PÉDAGOGIQUE RÉEL ET VIRTUEL À SURFRIDER

L’ ONG Surfrider Foundation Europe

accueille également les écoles et les centres de loisirs à son siège, à Biarritz, tout au long de l’année scolaire et de la saison estivale. « Nous proposons diverses animations pédagogiques dans le cadre de notre espace d’exposition mais aussi la découverte d’expositions, de conférences, d’ateliers DIY… Nous disposons également d’un Ocean campus, centre de ressources pédagogiques virtuel où les enseignants peuvent puiser des contenus pour leurs cours » explique Boris Masseron, responsable du Surfrider Campus. Le « parcours pédagogique » est défini en amont avec l’enseignant.

Ainsi, une visite sur le thème des déchets inclut une sortie de nettoyage de plage et celle consacrée à la qualité de l’eau comprend la visite d’une station d’épuration. « Nous proposons aussi une sortie à la plage de la Milady à pied. En chemin, nous nous arrêtons pour évoquer l’infiltration de l’eau dans le sol et nos modes de consommation ». D’autres thématiques comme l’érosion côtière et la montée des eaux peuvent également être abordées, prenant tout leur sens sur le plan local.