Actualités

CÔTE BASQUE MADAME N°34

© Sébastien Minvielle

Portrait

Marie-Christine Mecoen, le sens du détail

Elle est le visage derrière la décoration de Brindos Lac & Château. Rencontre avec l’élégante Marie-Christine Mecoen, directrice artistique du Groupe Millésime.

Le Château de Brindos a ouvert ses portes, à Anglet, en avril dernier. Caché dans un écrin de verdure, encerclé par un lac majestueux, il appelle au calme et à la détente. Derrière sa décoration sophistiquée et pleine de charme, se cache une femme de caractère, élégante et chaleureuse : Marie-Christine Mecoen. Directrice artistique du Groupe Millésime (dont le Château de Brindos fait partie) depuis huit ans, elle a réalisé, avec ce projet, la septième merveille du groupe. 

Autodidacte, Marie-Christine a ouvert sa boutique dans le Tarn-et-Garonne où s’étaient installés ses parents, à l’âge de 34 ans. Rapidement, la mayonnaise prend et Marie-Christine travaille avec les plus grands décorateurs. De Londres à San Francisco, en passant par l’Afrique, elle exerce son talent à travers le monde. Elle ouvrira également une chambre d’hôtes avec sa fille, à Bagnères-de-Bigorre. Sur tous les fronts, elle réussit. Jusqu’à décrocher ce projet à Brindos. Le destin, sans aucun doute. « Quand on m’a donné Brindos, j’ai été enchantée car pour moi, c’est le cœur du Pays basque, entre terre et mer ». Enfant, elle-même passait toutes ses vacances d’été au Pays basque, entre la côte à Biarritz et l’arrière-pays, à Hasparren.

Se sentir comme à la maison

Ayant des racines basques, Marie-Christine a mis son cœur et son âme dans ce projet. Et cela se ressent. En charge de toute la décoration, elle a travaillé d’arrache-pied durant deux ans : des chambres au spa, en passant par la chocolaterie. La chocolaterie. Sa pièce préférée. « Pour moi, c’est l’élément principal du château, raconte-t-elle. Quand j’étais petite, j’invitais mes copines à prendre le chocolat chez ma grand-mère Joséphine Detchart, à Hasparren ».

Elle a recréé une véritable cuisine avec, en élément central, une grande table familiale où l’on peut déguster de bonnes gourmandises au goûter, notamment celles du chocolatier Cazenave. « Je souhaite que les clients se sentent comme à la maison. J’ai horreur de décorer pour décorer. Ici, j’ai envie que les Basques se sentent chez eux et que les vacanciers ressentent l’identité basque », souligne-t-elle.

Le sens aiguisé du détail, c’est ce qui caractérise Marie-Christine Mecoen qui assure : « Dans la décoration, il faut que tout soit juste. C’est poser le bon objet au bon endroit ». Avec Marie-Christine, rien n’est laissé au hasard. Pour la décoration du Château de Brindos, elle a suivi comme fil conducteur la tradition basque et la féerie. Avec qui Marie-Christine a-t-elle bien pu collaborer pour le linge et la vaisselle du château ? « Cela coulait de source de travailler avec la maison Jean Vier pour leur tissu tradition basque », répond la directrice artistique.

Tout a été étudié dans le moindre détail, du choix des tissus à la couleur des assiettes. Des assiettes qui portent d’ailleurs le nom de sa grand-mère, Joséphine. « C’était un vrai challenge mais un réel plaisir de travailler avec Jean Vier », assure Marie-Christine. Côté féerie, on retrouve de magnifiques lustres, d’immenses miroirs et autres dorures dans tout le château qui « ramènent de la transparence », souligne Marie-Christine.

Respecter l’histoire du lieu

Éclaircir le château était l’un de ses objectifs. Tout en conservant ce qui faisait son élégance, notamment grâce à quelques pièces d’origine. Elle souhaitait perpétuer l’histoire du lieu en le respectant et en respectant les propriétaires précédents. Elle a d’ailleurs glissé un clin d’œil à Sir Reginald Wright, le premier acquéreur des lieux, dans le petit salon à côté du bar.

« Comme il était d’origine écossaise, j’ai voulu marquer le salon avec les boiseries exceptionnelles du château. J’y ai ajouté des canapés en tissu écossais, la statue d’un colley et j’y ai installé une collection de cave à liqueurs », détaille Marie-Christine. Elle n’a pas non plus oublié le dernier propriétaire, l’ex-rugbyman Serge Blanco. « Dans la salle des Barbarians, j’ai disposé un coffre avec les cravates de ces derniers ». Encore et toujours, le sens du détail.

Plus d’informations
📍
Anglet

Site web
www.brindo-cotebasque.com

Compte Instagram
@brindos.anglet

  • APAINKETA

à lire aussi :

SUIVEZ-NOUS SUR INSTAGRAM @magazinecotebasquemadame