Les belles demeures du Pays basque

Côte Basque Madame N°28

Par Zéphyrin Bonal, architecte d’intérieur.

Villa ARRI GORRI à Bayonne, le bijou des allées Paulmy

TEXTE PAR CHRISTINE VIGNEAU BALENCY

Tous les Bayonnais connaissent cette maison, cette silhouette majestueuse sur les allées Paulmy, à l’angle de l’avenue de la Légion Tchèque. Pour la distinguer des autres demeures du quartier, Zéphyrin Bonal, architecte d’intérieur, ajoute « c’est la seule qui possède une girouette Coq Flèche sur son toit ». Avec lui, et exclusivement pour Côte Basque Madame, poussons les portes de la villa Arri Gorri…

La villa Arri Gorri remplie d'histoire basque

Il y a des sourires que l’on perçoit facilement derrière les masques. Alexandra et José  Choribit  de la Villa Arri Gorri à Bayonne ont les yeux qui pétillent et un adorable accent chilien. À peine nous ouvrent-ils le portillon, que l’on se sent accueillis comme à la maison. De douces vibrations se dégagent des murs et des propriétaires. Alexandra le dit avec des mots choisis : « C’est une maison de famille que l’on habite et que l’on l’aime, notre âme est ici ». Ce lien parental se lit à travers chaque mobilier, chaque anecdote du passé. En 1900, comme de nombreux Basques, Joseph Choribit et ses frères quittent Hasparren pour les Amériques. Direction le Chili, et plus précisément Chillan au Sud de Santiago, où ils installent leur tannerie. Après avoir prospéré, Joseph revient à Bayonne et commande aux frères architectes Jean et Joseph Soupre une imposante maison, prouvant sa réussite et son attachement à sa terre d’origine. Aujourd’hui, les quatrième et cinquième générations profitent de la douceur de vivre de cette villa d’exception au Pays Basque.

Traditionnel Basque à L'exterieur, Modern et raffiné à l'intérieur

Savez-vous que, durant l’Entre-deux-guerres, les élégantes allées Paulmy ont servi de « laboratoire » à deux cabinets d’architectes talentueux, les frères Gomez d’une part et les frères Soupre d’autre part ? Face au glacis des anciennes fortifications, ce sont eux qui vont faire naître, ici, le style néobasque. La villa Arri Gorri, qui signifie « pierre rouge » en basque, est un merveilleux exemple du savoir-faire de l’agence Soupre. Ses contours reprennent à la fois les pans de bois et les larges débords de toiture caractéristiques du Labourd, mais également l’utilisation de la pierre de Rhune à la teinte rosée, propre à la Basse-Navarre. Si d’extérieur, elle reprend donc les codes de l’arrière-pays basque, l’intérieur n’a rien d’une ferme de campagne. Si on ne voyait pas les deux flèches de la cathédrale de Bayonne depuis le salon, on pourrait même se croire dans un appartement bourgeois parisien ! En fait, c’est cet habile compromis entre tradition basque et urbanité cossue qui étonne ici. Derrière la massive porte de bois à double vantail, les pièces de vie sont inondées de lumière. Idem, le rustique escalier en bois est orné d’un subtil vitrail de Mauméjean*. De même, la bibliothèque, aujourd’hui reconvertie en petit salon, arbore une cheminée coiffée d’un épais tablier de bois mais deux vastes baies vitrées éclairent superbement la pièce. Dans la salle à manger en enfilade, aussi, les genres se mélangent harmonieusement puisque des éléments Art déco et de profonds fauteuils-clubs au confort très « british » côtoient des buffets réalisés sur mesure par un ébéniste basque.

On pourrait rester ici pendant des heures… à évoquer la diaspora basque et l’importance de retrouver ses racines... à convenir qu’il faut garder la glycine, même si José peine à l’entretenir… à feuilleter les nombreux ouvrages d’architecture qui consacrent un article à cette maison… à admirer l’incroyable croquis de la maison signé par le talentueux dessinateur Dominique Duplantier…

Zéphyrin, Qu'est ce qui rend la villa arri gorri si unique ?

«  La villa Arri Gorri à Bayonne c’est la symbiose entre l’extérieur basque, robuste et l’intérieur raffiné, moderne. La lumière qui entre par les larges ouvertures et les nombreux accès sur l’extérieur. Et l’agencement de la maison avec les pièces de réception au rez-de-chaussée et les pièces de vie à l’étage, desservies par un escalier monumental. »

* Les Mauméjean sont une dynastie réputée de maîtres-verriers.

Légende : En 1926, les frères jumeaux Jean et Joseph Soupre, élèvent au n°19 des allées Paulmy la villa Arri Gorri, magnifique exemple du style néo-basque.

à lire aussi :

Deux nouveaux chefs à l’Hôtel du Palais à Biarritz

Le Chef des cuisines Aurélien Largeau, 29 ans, qui succède au Chef étoilé Jean- Marie Gautier, après 29 ans de maison, accompagné du Chef Pâtissier Aleksandre Oliver, 32 ans, a qui a été confiée la carte des desserts. Un duo plein de fougue, animé par l’énergie et la passion, qui promet de faire des émules !

Lire la suite »

La Maison Adam, 360 ans d’histoire au Pays Basque

Tout a commencé en 1660 à Saint-Jean-de-Luz, Aujourd’hui, ce sont Andoni et Miguel Telleria-Adam qui perpétuent la tradition familiale et reprennent les rênes de l’entreprise. C’est ainsi la 13e génération à connaître le secret de la recette de ces fameux macarons, ronds moelleux et fondants sous notre palais.

Lire la suite »

La Maison Jean-Vier fête ses 40 ans

Cette année, la Maison Jean-Vier fête ses 40 ans. Née en 1981 à St-Pée-sur-Nivelle, la Maison Jean-Vier est associée depuis plusieurs années à l’histoire du linge basque.
Dirigée par André Elustondo, l’entreprise a évolué en élargissant sa gamme, autour de la table, de la cuisine, du bain, de la déco et du mobilier tapissé, du bagage…

Lire la suite »