Arty

Côte Basque Madame N°29

Photos © Sébastien Minvielle

Interview

Interview de Camille Lou : Sa nouvelle vie sur la côte basque

Propos recueillis par Christine Vignau Balency

Des séries à succès, des tournages à la chaîne, son portrait dans 50’ inside et Paris Match… On n’arrête plus Camille Lou ! Pourtant, c’est avec grande douceur et gentillesse qu’elle nous accorde un peu de temps, entre un déjeuner et un énième test PCR

La côte basque, c’est maintenant votre seconde maison ?

Je dirais même la première ! L’automne dernier, quand je suis arrivée à Biarritz pour la première fois pour le tournage de la série J’ai menti, j’avais une envie forte de découverte, de changement. Et ce qui s’est passé a été assez incroyable. Je me suis immédiatement sentie apaisée. Tous les éléments étaient réunis, l’océan, la montagne, et le bon moment de ma vie.

Comment s’est passé ce tournage à Biarritz ?

De par la situation sanitaire particulière, on avait tous très envie de travailler, de bien faire, de profiter. Et puis, il y a eu une sorte de microclimat qui a rendu magiques ces deux mois et demi. On était tous tristes que ça se termine. D’ailleurs, je regrette beaucoup que l’on n’ait pas pu organiser une petite fête de fin de tournage comme c’est l’usage. 

D’autant que la fête fait partie de la culture basque…

Je sais et j’ai hâte de découvrir cette énergie festive ! Pour l’instant, je connais la côte sous son aspect le plus sage (rires) et c’est déjà merveilleux.

Merveilleux grâce à Romain, LE coup de foudre de votre vie ? Dans les médias et sur vos réseaux, vous parlez volontiers de cette magnifique histoire d’amour…

C’est vrai, je suis très ouverte sur ce sujet. Je partage beaucoup de choses avec les gens sur ma vie personnelle… dont ma rupture difficile de l’été dernier. À l’époque, j’ai reçu de nombreux témoignages de filles, des encouragements touchants. Alors oui, quand cette histoire d’amour avec Romain, aussi inattendue que magique, est arrivée, j’ai eu envie d’en parler, de montrer qu’il était possible de se relever. Quand j’y pense… c’est une rencontre totalement improbable. Mon personnage Audrey était surfeuse, la production pensait prendre une doublure mais j’ai eu envie d’apprendre pour l’occasion, et je l’ai eu comme prof de surf... Les planètes étaient alignées pour nous deux. 

Désormais, comment se passe votre vie personnelle à Anglet et professionnelle à Paris ?

J’ai l’habitude de faire des déplacements. Avant, c’était pour des tournées avec des comédies musicales (ndlr : 1789, La légende d’Arthur). Maintenant, c’est différent. Comme je suis plutôt fusionnelle, je retourne auprès de Romain dès que possible. Ceci dit, je suis très épanouie dans mon travail. Et lui dans le sien. La confiance est là. L’amour aussi. Donc tout va bien.

Côté boulot… vous êtes partout ! Les émissions et les tournages semblent s’enchaîner… Quelle est votre actu 2021 ?

Le film Pourris gâtés (ndlr : avec Gérard Jugnot et Artus, sélection officielle de l’Alpe d’Huez 2021) devrait sortir le 15 septembre. La série J’ai menti devrait être diffusée dans l’année sur France 3. Côté tournage, je viens de terminer Christmas Flow pour Netflix. Après, je vais dans le Var tourner Invulnérables, une fiction de M6 abordant le thème de la Trisomie 21. Puis j’irai dans les Vosges pour la série de TF1 Les Combattantes qui retrace l’histoire de quatre femmes (ndlr : avec Sofia Essaïdi, Julie de Bona et Audrey Fleurot) pendant la guerre 14-18. Il y aura ensuite la saison 2 de Je te promets. Après… d’autres choses sont prévues, mais je ne peux pas en dire plus, je suis très superstitieuse.

Mais quel emploi du temps ! J’ai l’impression que depuis Le Bazar de la Charité les propositions se bousculent pour vous…

Oui, cette série m’a permis de montrer à la profession que j’avais ma place… et de me le prouver à moi-même. De toute façon, les premiers à convaincre, c’est nous-même.

Et parfois, d’autres croient en nous avant nous-même… ça vous est déjà arrivé ?

Oui ! En premier lieu, mes parents qui m’ont beaucoup encouragée et aidée à ne pas baisser les bras. L’avocate qui s’occupe de mes contrats m’a également incitée à devenir comédienne au point de me présenter mon agent, Annabel. Et puis, TF1 m’a donné ma chance. Ils croyaient tellement en moi qu’ils ont poussé pour que je sois au casting du Bazar de la Charité alors que les réalisateurs ne me connaissaient pas du tout.

Mais comment avez-vous fait pour séduire autant TF1 ?

Difficile à expliquer… Il y a certainement un don de naissance, le facteur chance, le fait que j’ai joué dans plusieurs comédies musicales, que j’étais prête au moment des castings… Grâce à Dove Attia et mon rôle dans La légende du Roi Arthur, j’ai commencé à faire un peu de promo télé. Puis Arthur m’a prise sous son aile et invitée dans Vendredi Tout est permis. En 2017, TF1 m’a offert une opportunité de dingue en m’intégrant au casting de Danse avec les stars puis m’a proposé des rôles. TF1 est vraiment une famille pour moi, je leur dois beaucoup.  

Les adresses coups de cœur de Camille Lou :

  • Une plage ? Celle du Miramar. J’y promenais mon chien lors du tournage, avec Romain qui n’était alors qu’un ami…
  • Une balade ? Le sentier du littoral à Saint-Jean-de-Luz.
  • Pour un apéro sunset ? Etxola Bibi sur la Côte des Basques.

Camille lou
Pays basque

  • Un restaurant ? Le Surfing à Biarritz.
  • Pour un repas ? J’adore les Halles de Biarritz et d’Anglet. Je craque pour les produits d’Il Giardino, Balme, et la charcuterie basque en général.
  • Un peu de shopping ? L’Atelier des Dames, Rollande, Ada Perlu.

à lire aussi :

Deux nouveaux chefs à l’Hôtel du Palais à Biarritz

Le Chef des cuisines Aurélien Largeau, 29 ans, qui succède au Chef étoilé Jean- Marie Gautier, après 29 ans de maison, accompagné du Chef Pâtissier Aleksandre Oliver, 32 ans, a qui a été confiée la carte des desserts. Un duo plein de fougue, animé par l’énergie et la passion, qui promet de faire des émules !

Lire la suite »

La Maison Adam, 360 ans d’histoire au Pays Basque

Tout a commencé en 1660 à Saint-Jean-de-Luz, Aujourd’hui, ce sont Andoni et Miguel Telleria-Adam qui perpétuent la tradition familiale et reprennent les rênes de l’entreprise. C’est ainsi la 13e génération à connaître le secret de la recette de ces fameux macarons, ronds moelleux et fondants sous notre palais.

Lire la suite »

La Maison Jean-Vier fête ses 40 ans

Cette année, la Maison Jean-Vier fête ses 40 ans. Née en 1981 à St-Pée-sur-Nivelle, la Maison Jean-Vier est associée depuis plusieurs années à l’histoire du linge basque.
Dirigée par André Elustondo, l’entreprise a évolué en élargissant sa gamme, autour de la table, de la cuisine, du bain, de la déco et du mobilier tapissé, du bagage…

Lire la suite »