Arty

Côte Basque Madame N°29

Photos ©Sébastien Minvielle

Quand le surf s'invite

ART & SURF volume II

Par Christine Vignau Balency

On ne peut pas le nier, cette thématique Art & Surf nous plaît ! L’été dernier, on avait déjà mis à l’honneur des artistes qui s’inspirent de l’océan, s’abreuvent de la houle, contemplent et créent. Cette année, on ressort les pinceaux, les stylos, le matériel photo et on part à la rencontre de nouveaux artistes, shootés à l’iode, addicts aux embruns... et sacrément doués.

Christophe Hans Mouginot
Inspiration japonisante

Son trait est archi minimaliste, proche de la calligraphie et des kenjis japonais. Un soleil plein et rouge. Un mouvement à l’encre de chine. Grâce, fluidité, intensité et délicatesse dans les traits… On vous présente Christophe Mouginot, alias HANS, professeur à la Tarnos Surf Academy depuis 25 ans… et jeune peintre ! Quel a été le déclic ? « Je peins depuis très longtemps, inspiré par le surf, ma passion. Avant, je faisais des peintures réalistes, « communes » selon ma femme qui m’a poussé à créer « mon propre style ». Un jour, dans l’avion, j’ai posé mon stylo sur un papier et sans le lever, j’ai dessiné mes premiers croquis. Quand je l’ai montré à mon entourage, tous étaient unanimes, j’avais « chopé un truc ». J’ai posté une photo sur Instagram et aussitôt eu une demande d’expo ! Depuis, je continue dans ce style, sauvage et instinctif, avec un soleil rouge qui apparaît souvent. Un ami artiste m’a dit : « Le plus difficile dans l’art, c’est de suggérer. Tu n’as dessiné ni vague, ni planche, pourtant on comprend tout de suite qu’il s’agit d’un surfeur. Y’a rien mais y’a tout. ». Excellent résumé.

art-surf.com

Sylvain Cazenave
Photographe ès-vagues

Est-ce nécessaire de présenter Sylvain Cazenave, nom incontournable du surf français et international, pionnier en France de la photo de glisse ? Depuis qu’il a goûté au surf en 1968, il a l’océan dans la peau. Une véritable obsession, un besoin viscéral qu’il ne pourra pas modérer. S’en suivent alors des voyages dans les spots du monde entier, des hivers systématiquement passés à Hawaï, des photos publiées dans les plus grands magazines, et l’ouverture de sa galerie éponyme à deux pas des Halles de Biarritz où il expose ses plus beaux tirages. Pour Côte Basque Madame, il en a sélectionné deux : 

« Le premier, un diaporama, a été pris depuis un hélicoptère, au moment où Laird Hamilton, le meilleur surfeur du monde selon moi, commençait à explorer le surf tracté. La seconde photo est un groupe de surfeuses à la côte des Basques, lors du Roxy Jam il y plus de dix ans. J’avais envie d’une photo floue, plus artistique, retravaillée comme un Polaroid. Ça lui donne un feeling que j’aime bien ». Quels sont vos projets ? « Je viens d’obtenir le diplôme de pilote de drone. J’ai toujours aimé shooter de manière aérienne, c’est un point de vue extraordinaire. » À suivre !

sylvaincazenave.com

VIKTÖRIA
Et ses surfeuses stylées

Comment décririez-vous votre style ? Minimaliste, épuré, sans ombre et sans visage, c’est un peu ma signature. Et je ne dessine que des filles car j’aime l’idée de nous mettre en valeur dans ce sport où nous sommes plutôt en minorité.

Où puisez-vous votre inspiration ? Dans mon quotidien. J’essaie d’aller surfer tous les jours, je regarde le style des autres, comment ils se déplacent sur leur planche, s’ils partagent ces moments avec leurs amis ou non… Souvent, cela m’inspire un nouveau dessin. J’adore aussi voyager et retranscrire ce que j’ai vécu dans mes illustrations, les filles dans l’eau, les couleurs, la direction des vagues. L’océan est vraiment mon terrain de jeu, ma récréation, l’endroit où je me sens bien. Quand je n’y vais pas pour surfer, j’y vais pour faire des photos en aqua. J’aime capturer des moments uniques qui, souvent, me donnent envie de dessiner par la suite.

@Viktoria_surfbag | www.viktoria-surfbag.com
On retrouve aussi ces illustrations sur les t-shirts de la marque Tape à l’œil et sur les belles boîtes en métal de la Maison Pariès.

Ouchnir X Minvielle
La planche de surf calligraphiée

« Il est bavard ». J’étais prévenue avant mon appel. Mais je ne m’attendais pas à un tel tourbillon. Nicolas Ouchenir est calligraphe. Il parle en marchant dans les rues de Biarritz. On imagine ses pas rapides, ses yeux plissés quand il sourit. Il raconte à toute berzingue son passé de danseur classique, l’ouverture de sa première galerie d’art, son départ au Brésil, sa facilité pour la belle écriture héritée de ses aïeux, ses collaborations mondaines, bourgeoises ou politiques. Salue une commerçante du quartier Saint-Charles où il habite et reprend le fil de sa vie : son travail pour Versailles, les Rothschild, Prada, Hermès, Montblanc, Pierre Hermé, Dior, les fashion weeks du monde entier, sa participation au « cook & fashion » avec Anelore et le rêve et Fabian Feldmann, sa marque solidaire BE créée avec Sandra Sisley, sa lithographie pour le dernier album de Carla Bruni, etc. STOP ! On rembobine. « Euh, Nicolas, c’est quoi un calligraphe ? » lui demandai-je naïvement. « C’est l’art de bien écrire les caractères… sachant que la perfection EST l’imperfection. C’est une signature qui doit attirer, rassurer et ne ressembler à aucune autre. C’est de l’artisanat, du fait main, du luxe, car rien n’est plus chic qu’une invitation calligraphiée à la main… » Compris ! Bon, parlons à présent de la collaboration qui nous intéresse… Celle avec Alain Minvielle, shaper – et père du rédac’ chef. Car de la rencontre entre le calligraphe passionné de surf et l’artisan sculpteur de planche est née une très belle œuvre. Alain raconte : « Juste avant la phase de finition, il a écrit plusieurs phrases à main levée sur tout le dessus de la planche qui fait 2m sur 52 cm, sans aucune faiblesse dans l’écriture, c’est vraiment impressionnant. Je suis content de cette rencontre, Nicolas est quelqu’un qui a de beaux messages, de belles valeurs. »

Insta @nicolasouchenir @minviellesurfboard

à lire aussi :

Deux nouveaux chefs à l’Hôtel du Palais à Biarritz

Le Chef des cuisines Aurélien Largeau, 29 ans, qui succède au Chef étoilé Jean- Marie Gautier, après 29 ans de maison, accompagné du Chef Pâtissier Aleksandre Oliver, 32 ans, a qui a été confiée la carte des desserts. Un duo plein de fougue, animé par l’énergie et la passion, qui promet de faire des émules !

Lire la suite »

La Maison Adam, 360 ans d’histoire au Pays Basque

Tout a commencé en 1660 à Saint-Jean-de-Luz, Aujourd’hui, ce sont Andoni et Miguel Telleria-Adam qui perpétuent la tradition familiale et reprennent les rênes de l’entreprise. C’est ainsi la 13e génération à connaître le secret de la recette de ces fameux macarons, ronds moelleux et fondants sous notre palais.

Lire la suite »

La Maison Jean-Vier fête ses 40 ans

Cette année, la Maison Jean-Vier fête ses 40 ans. Née en 1981 à St-Pée-sur-Nivelle, la Maison Jean-Vier est associée depuis plusieurs années à l’histoire du linge basque.
Dirigée par André Elustondo, l’entreprise a évolué en élargissant sa gamme, autour de la table, de la cuisine, du bain, de la déco et du mobilier tapissé, du bagage…

Lire la suite »