Arty

Côte basque Madame N°28

L'oeil de l'experte

Oeuvres d’arts qui rendent hommage au Pays Basque

Par Florence Lelièvre

Il existe des peintres de l’âme basque qui savent comprendre la force de la culture d’un peuple qui a la fierté chevillée au corps et au cœur. Notre experte vous présente Ramino Arrue, l'artiste basque le plus connu et le plus coté.

Il existe des peintres de l’âme basque qui savent comprendre la force de la culture d’un peuple qui a la fierté chevillée au corps et au cœur.

Parmi eux, le plus connu et le plus coté : Ramiro ARRUE (1892-1971)

Né à Bilbao, il épouse la profession d’artiste comme ses trois frères et est élevé par un père dévoué grand collectionneur qui va jusqu’à vendre ses collections pour financer le parcours et la passion de ses enfants. À 19 ans, il part rejoindre sa tante antiquaire parisienne qui lui fera découvrir son univers artistique. Il suit alors des cours à la Grande Chaumière où il fréquente les avant-gardistes comme Picasso, Modigliani, Paul Klee, Van Dongen et bien d’autres.

Il revient à Saint-Jean-de-Luz où il se marie et représente inlassablement le Pays basque en utilisant les techniques avant-gardes à la recherche de sujets empreints de tradition et créera en 1924 le Musée basque à Bayonne. 

Au cœur des années 30, son œuvre est à son apogée, il réalise pour des hôtels et des villas, des peintures murales, toiles et des émaux. Son œuvre est appréciée et reconnue mais en 1943, ne s’étant pas fait naturaliser, il est arrêté et incarcéré à la citadelle de Saint-Jean-Pied-de-Port. Il meurt dans un dénuement total en 1971.

Aujourd’hui, son œuvre est remise au devant de la scène grâce à la redécouverte de son fond par les marchands, puis peu à peu par les spécialistes du marché de l’art : commissaires-priseurs, collectionneurs et conservateurs au point de lui consacrer une rétrospective à Biarritz au Casino en 2017.

Et « La villa Camélia », musée au Cap d’Ail, expose depuis 2018 la plus grande collection d’un particulier.

Apôtre de la lumière, il nous ouvre les portes d’un Pays basque des années 20 à 60 que les grands collectionneurs d’art basque du monde entier souhaitent acquérir un jour.

à lire aussi :

Villa ARRI GORRI à Bayonne, le bijou des allées Paulmy

Tous les Bayonnais connaissent cette maison, cette silhouette majestueuse sur les allées Paulmy, à l’angle de l’avenue de la Légion Tchèque. Pour la distinguer des autres demeures du quartier, Zéphyrin Bonal, architecte d’intérieur, ajoute « c’est la seule qui possède une girouette Coq Flèche sur son toit ». Avec lui, et exclusivement pour Côte Basque Madame, poussons les portes de la villa Arri Gorri…

Lire la suite »